Citations

 

1- Citations de Amor BELHEDI

2- Réactions

3- Citations Géographiques

______________________________________________________________________________________________________

Unblog                                                                                                                                 Mise à jour : 19-06-2017
___________________________________________________________________________________________________________________

1- Citations de Amor BELHEDI
____________________________________

 

 

Pour les citations, voir aussi dans la liste des liens sur la marge droite des Pages :

« Amor Belhedi en Citations« 

Google

Google scholar

A Belhedi Google Scholar

Amor Belhedi Google-Books

Wikipédia

Biographie de Amor Belhedi

الكناش الرقمي

Site de Kuttab Kebili

Biographie

Amazon

Idref/Agence Bibliographique de l’Enseignement Supérieur (France)

Blog de Benedicet Tratnjek L’Université d’Etat de Haiti (Cours de Jean-François Tardieu)

Revue du Développement Régional – CGDR

Epistémologie de la Géographie dans Wikipedia

GeoProdig

Encycloedea

Système urbain de Lathiquia (Syrie)

Revue du CGDR

Géographie de la ville en guerre

L’urbanisation en Tunisie (Wikipedia)

Revue Metropoles

Geocarrefour

 

Les cahiers de l’Aménagement du territoire

 

______________________________________________________________________________________________________________

 

2- Réactions

Analyse du texte Espace et développement de la part de Hichem Bouazzaoui,

Mastre, Marrakech, (Maroc)

fichier pdf Espace et développement CENAFFE 2012

fichier pdf Analyse du texte Espace et développement

________________________________________________________________________________________________________________

3- CITATIONS GEOGRAPHIQUES 

   

Aménagement – Anthropologie – Carrefour – Causalité – Circulation – Connaissance – Contradiction – Croissance – Culture – Développement – Discours – Divers – Dynamique – Espace – Fluidité – Géographie – Image – Intégration – Mathématique – Méthode – Pratique – Progrès – Réflexion – Région – Science – Structure – Système –  Territoire -  Théorie – Urbanisation 

 

Géographie

 

« Trop de géographes se contentent de décrire et la plupart des théories spatiales sont statiques et font trop abstraction de l’homme. Ils contribuent ainsi à immobiliser le monde au lieu de le transformer »

Santos, 1975, 382

 

Géographie humaine et physique

« L’une des faiblesses de la géographie humaine a certainement été la tendance à puiser aux mêmes sources que la géographie physique, c’est-à-dire dans l’histoire naturelle » p 84, J Gottmann, Essais sur l’aménagement de l’espace habité. Edit Mouton & Co, Paris, 1966, 344p

 

« La géographie n’est pas une science de conditions locales, mais une science de relations dans l’espace » p 138, J Gottmann, Essais sur l’aménagement de l’espace habité. Edit Mouton & Co, Paris, 1966, 344p.

 

Géographie anglo-saxonne et fluidité

Les géographes anglo-saxons ont été plus sensibles que les géographes français au caractère dynamique des faits. J Gottmann, Essais sur l’aménagement de l’espace habité,

 

Géographie de la consommation, des carrefours

« Une géographie de la consommation établie parallèlement à une géographie de scarrefours pourrait donner des résultats bien intéressants quant à l’emprise de la circulation sur les modes de vie » … « Le triptyque « circulation, carrefours, consommation » est intéressant à étudier, p 88, J Gottmann, Essais sur l’aménagement de l’espace habité. Edit Mouton & Co, Paris, 1966, 344p

 

Géographie, fixité

« Les géographies, dit le géographe, sont les livres les plus sérieux de tous les livres. Elles ne se démodent jamais. Il est très rare qu’une montagne change de place. Il est très rare qu’un océan se vide de son eau. Nous écrivons des choses éternelles ».

Antoine de Saint-Exupéry. Le Petit Prince

 

Répartition spatiale

La géographie est « l’étude des phénomènes physiques, biologiques, humains localisés à la surface du globe terrestre, et spécialement l’étude de leur répartition, des forces qui les gouvernent et de leurs relations réciproques ».  Le Petit Robert

 

La géographie de Max Sorre

« [La géographie] est la discipline des espaces terrestres. Le problème premier de la géographie humaine est l’éclaircissement des rapports de l’homme et du milieu. La géographie humaine est cette partie de la géographie générale qui traite des hommes et de leurs œuvres sous l’angle de leur répartition. Nous dirons encore que la géographie humaine est une description scientifique des paysages humains et de leur répartition sur le globe « .

Max Sorre, 1947, L‘Homme sur la Terre, Paris, Hachette.

Cité par Pinchemel Ph et G, La face de la Terre. A Colin, 1997, p 29

 

La géographie classique

« La géographie classique tout empreinte de naturalisme se préoccupait de définir les relations entre les groupes humaines et leurs cadres naturels. Or l’action des sociétés sur leurs environnements, les influences réciproques des unes sur les autres ne sont pas directes, entre elles s’interpose l’espace social, un espace créé par les sociétés, qui reflète l’organisation sociale, qu’elle soit ordonnée ou anarchique, collective ou individuelle, centralisée ou éclatée». Pinchemel Ph et G, La face de la Terre. A Colin, 1997, p. 28.

 

Pratique et connaissance de l’espace

« La géographie serait l’étude de la pratique et de la connaissance que les hommes ont de l’espace ». C Raffestin. p 56, in « Les construits en géographie humaine, notions et concepts ». Géopoint pp 55-73

 

Géographie, science humaine

« C’est dans une doctrine de la géographie comme science humaine que se justifie l’unité des recherches géographiques ». P George, 1966. Sociologie et Géographie. PUF, Sup.  215 p.

 

Différenciation

« La géographie n’a de raison d’être que si les lieux présentent des différences » Le Lannou

 

La variabilité

« La géographie s’engage à fournir d’une manière soigneuse, systématique et rationnelle, la description et l’interprétation du caractère variable de la superficie terrestre »

Hartshorne R, 1972. Metodi e prospective della geografia. Angeli, Milano, 30 p (p 46).

 

La forme territoriale de l’action

La géographie serait l’étude de la forme territoriale de l’action sociale”.

A Turco, 1988, Vers une théorie de la géographie de la complexité. Milan. 184 p.

 

L’histoire naturelle de la différenciation régionale

« La géographie « c’est une histoire naturelle de la différenciation régionale de l’écorce terrestre« .

 

Différence et unité

« …, la géographie est avant tout « régionale » parce qu’elle est science de la différence et de l’unité appréhendées dans les limites imposées par la nature ou héritées des constructions de l’histoire« . Pierre George, 1981

in Préface de « Problématiques de la géographie, H Isnard, J B Racine, H Reymond, PUF, Coll. Le Géographe, 262 p, p 10, 1981.

 

Géographie régionale, différence et unité

« La géographie est avant tout régionale parce qu’elle est science de la différence et de l’unité appréhendées dans les limites imposées par la nature ou héritées des constructions de l’histoire« . Pierre George. P 10, in Préface à « Problématiques de la géographie« , H Isnard, J.B Racine & H Reymond, PUF, coll. Le Géographe, 262p, 1981.

 

Objet et méthode

« La géographie ne se définit pas uniquement par référence à ce qu’elle étudie ou à la façon dont elle l’étudie, mais par l’intersection de ces deux points de vue ».

Peter Haggett, 1967, in«L’analyse spatiale en Géographie Humain », p 25

 

Cartographie et géographie

Tout ce qui est cartographiable est du domaine de la géographie« .

André Siegfried, 1914, cité par Jacques Scheibling, 1997, in « Qu’est ce que la géographie? ». Collection Carré, Géographie, Hachette Sup, p 20.

 

Géographie et nature

Pas de géographie sans nature, pas de nature sans géographie”. C et G Bertrand, 1995

« La géographie et les sciences de la nature », in Encyclopédiede Géographie. 2° édition.

 

Rapport spatial de l’observable

La géographie est “une science des relations spatiales entre les phénomènes observables à la surface de la terre ». Berdoulay, 1988, Des mots et des lieux, CNRS, Paris

 

Espace social

« Faire de la géographie, c’est réfléchir sur un espace social ».

B Bret, Tiers-Monde : Croissance, développement, inégalité. Ellipses, Paris, 1977

 

Science des régions

La géographie est « science des régions ». Hartshorne 1939

 

Géographe, Géographie

–Quel est ce gros livre ? dit le petit prince. Que faites-vous ici ?

–Je suis géographe, dit le vieux monsieur.

–Qu’est-ce qu’un géographe ?

–C’est un savant qui connaît où se trouvent les mers, les fleuves, les villes, les montagnes et les déserts.

–Ça, c’est bien intéressant, dit le petit prince. Ça, c’est enfin un véritable métier !

 

Antoine de Saint-Exupéry, Le petit prince

___________________________________________________________________________

 

L’espace

 

Espace

L’espace est « l’étendue indéfinie qui contient et entoure tous les objets » selon Larousse

 

C’est “ l’ordre des phénomènes simultanés ”.  C’est la présence simultanée.  Leibnitz

 

Espace et politique

« Il y a politique de l’espace parce que l’espace est politique. »

Henri Lefebvre, La production de l’espace.

 

Espace politique et accessibilité

« L’espace se politise au fur et à mesure qu’il devient accessible » p 61 « dés qu’il se politise, l’espace accessible est donc compartimenté ». J Gottmann, Essais sur l’aménagement de l’espace habité. Edit Mouton & Co, Paris, 1966, 344p

« Ce qui délimite l’espace géographique et politique, c’est la possibilité d’accès plus encore que la connaissance ». J Gottmann, Essais sur l’aménagement de l’espace habité. P 61

 

Accessibilité,  isolement

L’espace accessible est en constante expansion et pose le problème de sécurité d’où parfois l’isolement mais « l’isolement arrête le progrès », « il ne protège que pour un temps » J Gottmann, Essais sur l’aménagement de l’espace habité, p 65.

 

Circulation et densité

« Le progrès de la circulation…. a accru la densité d’occupation et d’usage de l’espace géographique »… Mais « tout accroissent de densité crée de nouveaux problèmes de répartition qui deviennent décisifs en politique et modifient la législation d’une part, l’équilibre des forces d’autre part ». p 68.

 

Densité, communauté et puissance

« Il faut une certaine densité pour qu’il puisse y avoir une communauté »… et « la politique a été constamment dépendante de la répartition des densités de populations et de la géographie des tendances », 69. « La fluidité des nombres et particulièrement de la densité impose une fluidité semblable dans la mise en valeur des ressources disponibles » p 71. La densité exige un système de relations extérieures complexe et ramifié

« Les populations les plus riches en moyenne, et les plus denses, se trouvent en général aux grands carrefours nationaux et internationaux » p 71 ; « une forte formation de densité apparaît presque toujours indispensable à la puissance publique » p 71/72, … « La densité réclame à la fois une cohésion maintenue et une accessibilité de l’extérieur accrue ce qui ne simplifie guère la tâche de la politique » p 73, « La densité ne maintient la cohésion qu’au pris de réformes fréquentes » p 77 J Gottmann, Essais sur l’aménagement de l’espace habité. Edit Mouton & Co, Paris, 1966, 344p

 

Centralisation et régionalisation

« Plus il semble que le pouvoir politique a de moyens de centraliser, plus la politique quotidienne ressent le besoin de se régionaliser » p 75, J Gottmann, Essais sur l’aménagement de l’espace habité.

 

Souveraineté, territoire et accessibilité

La souveraineté réglemente l’accessibilité « ne peut se concevoir qu’en terme d’espace concret »,…, « le territoire lui sert d’assise » J Gottmann, Essais sur l’aménagement de l’espace habité. p66. « Cette évolution du concept de souveraineté résulte de l’accessibilité physique ». p 68, (souveraineté des mers  et doctrine de Grotius au XVII : 3 milles marins, puis plateau continental depuis 1945 ; souveraineté de l’air avec l’aviation : colonne d’air convention de Paris 1919 et Chicago 1944, fusées et accord USA-URSS en 1963… « L’indépendance politique se meut de nos jours dans un réseau de relations nouvelles imposant beaucoup plus d’interdépendance » p 68, J Gottmann, Essais sur l’aménagement de l’espace habité.

 

Cloisonnement et compromis

« Les tracés des cloisons politiques reflètent des compromis entre des intérêts très concrets de contrôle de certaines positives à valeur spécifique, économique ou militaire d’une part et des aspirations psychologiques (nationales, religieuses, sociales,…) des collectivités frontalières ». J Gottmann, Essais sur l’aménagement de l’espace habité. , p 62

 

Cloisonnement et organisation

« Le cloisonnement de l’espace géographique exprime donc une organisation de ce milieu qui est un compromis entre des considérations matérielles, entre l’abstrait et le concret ». J Gottmann, Essais sur l’aménagement de l’espace habité. Edit Mouton & Co, Paris, 1966, 344p

 

Facteurs du découpage politique

Trois facteurs jouent un rôle dans le découpage politique : la circulation qui est toute fluidité, conduit au changement « créatrice de changement », l’iconographie : ensemble des symboles, abstraits et concrets qui résument les croyances et les intérêts communs à une collectivité constitue le ciment, le « facteur de stabilisation politique ». La répartition des ressources gouverne le cloisonnement politique. J Gottmann, Essais sur l’aménagement de l’espace habité.

 

Platon et l’espace

« Il faudra d’abord placer la ville autant que possible au centre du pays, après avoir choisi un emplacement qui offre toutes les commodités qu’une ville peut désirer, et qui est aisé à concevoir et à expliquer. On la divisera ensuite en douze parties, après avoir élevé un temple à Vesta, à Zeus et à Athéna, temple qu’on appellera acropole et qu’on entoura de murailles. De là partiront les douze sections en lesquelles on aura coupé la ville elle-même et tout le pays. On les rendra égales en faisant petites celles qui seront formées de bonne terre et plus grandes celles dont la terre sera mauvaise. On fera cinq mille quarante lots, et l’on coupera chaque lot en deux portions que l’on réunira ensemble, l’une près, l’autre loin de la ville. ».  Platon, Les Lois, cité par Lewis Mumford, in La Cité à travers l’histoire, Paris, Seuil, p 233.

 

Le pourquoi des distributions spatiales

« Pourquoi les distributions spatiales son-elles structurées comme elles le sont ? »

Abler R, Adam J et Gould P – 1971 : Spatial organization : The geographer’s view of the world. Englewood Cliffs. Prentice Hall.

 

Globalité et mesurabilité

« Le fait (spatial) est global et non une chose séparée de l’individu, c’est un ensemble de significations liées à des valeurs impliquant l’observateur et le chercheur à la fois qui fait que le fait humain n’est pas mesurable ». Mucchielli 1991, cité par Olivier Dollfus, 1980, in  L’analyse géographique. PUF, Coll. Que sais je ?

 

L’espace géographique

« C’est  la surface terrestre et la biosphère ». O Dollfus, L’espace géographie, PUF, 1970, QSJ, 1390

 

L’espace géographique est « l’espace accessible aux humaines », J Gottmann, Essais sur l’aménagement de l’espace habité.

L’espace géographique est un « espace continu mais cloisonné, limité mais en expansion, accessible mais organisé » p 63, J Gottmann, Essais sur l’aménagement de l’espace habité.

 

Espace géographique et espace économique

«L’espace géographique est un contenu solide où se situent les hommes et leurs activités. L’espace économique est éminemment déformable en fonction des relations qui s’y trouvent »

J R Boudeville, Aménagement du territoire et polarisation. M. Th Genin, Paris, 1972, 279p.

 

 

« L’espace géographique n’est plus un donné mais un produit progressivement construit par les sociétés, à leur image ou en fonction de l’image qu’elles se donnent d’elles-mêmes dans l’historicité de leurs pratiques ».

Racine J B, 1985

 

L’espace géographique est avant tout le fait des rapports sociaux de production confrontés à la nature.

 

__________________________________________________________________________________

 

Le territoire

 

Le territoire est « cette portion de la surface terrestre, appropriée par un groupe social pour assurer sa reproduction et la satisfaction de ses besoins vitaux ». Le Berre M, 1992 « Territoires », Encyclopédie de géographie. A Bailly et al, p 617-638. Economica.

 

Le territoire est « une partie de l’espace terrestre occupé, approprié, organisé, aménagé et exploité par un groupe social. C’est un produit et un héritage à la fois où la dimension temps est fondamentale ».

 

« Le territoire est un espace organisé, centré (organisé en centres et périphéries), hiérarchisé, emboîté (multiscalaire) et solidaire (en terme de réseau, solidarité territoriale) ».

 

___________________________________________________________________________

 

Science et connaissance : Savoir,  Théorie, Pratique…

 

Savoir poser le problème

“ Il faut savoir poser des problèmes. Toute connaissance est une réponse à une question. S’il n’ y a pas eu de question, il ne peut y avoir connaissance scientifique. Rien ne va de soi. rien n’est donné. Tout est construit ”. G. Bachelard  La formation de l’esprit scientifique

 

Connaissance contre connaissance

“ En fait, on connaît contre une connaissance antérieure; en détruisant des connaissances mal faites ”.  G. Bachelard, La formation de l’esprit scientifique

 

Science et contradiction

“ Accéder à la science, c’est spirituellement rajeunir, c’est accepter une mutation brusque qui doit contredire un passé ”.  G. Bachelard  La formation de l’esprit scientifique          

 

Lumière et ombres

“ La connaissance du réel est une lumière qui jette toujours quelques ombres. Elle n’est jamais immédiate et pleine. ”  G. Bachelard    La formation de l’esprit scientifique

 

Entre deux

“ Le savant est toujours entre deux (observations, hypothèses, test, idée, loi…).

Claude Bernard

Observation et idée

“  L’accumulation d’observations ne conduit  à rien ”, “ L’idée formulée par les faits forme la science ”.                                                                                             Claude Bernard

 

Science et action

« Science, prévoyance, action “, A Comte

 

Science, réel et virtuel

« Il n’y a de science que dans la mesure où l’on prolonge le réel dans un virtuel contrôlé » R Thom R, cité par Martin, 2007 : Usages et limites de l asymétrie dans les représentations graphiques en géographie. RGE, 47, 2

 

Science et construction

« Rien n’est donné, tout est construit »,  Gaston Bachelard

 

Expliquer

« Expliquer c’est au contraire fonder une compréhension sur des principes premiers ; c’est donc construire une théorie totalement contrôlée et contrôlable (falsifiable), ce qui demande des concepts exprimés dans un formalisme ad oc, sans lesquels les phénomènes eux-mêmes, bien qu’ils puissent être dans une représentation ne sont pas observables » (idem). L’explication réside dans la formalisation des régularités du monde comme la relation matière-énergie par exemple : un savoir partagé et unique. L’invariance ne peut être que mathématique.

Martin Ph – 207 : « Usages et limites de la symétrie dans les représentations graphiques en géographie ». RGE, 47, 2, 21p. http://rge.revues.org/index131.html

 

Représenter

« La représentation ne fait « que » présenter, c’est-à-dire mettre dans un format accessible à une intelligence une situation, mais sans que cette mise en forme ne soit totalement contrôlée ».

Martin Ph – 207 : « Usages et limites de la symétrie dans les représentations graphiques en géographie ». RGE, 47, 2, 21p. http://rge.revues.org/index131.html

 

 

Particulier et général

La valeur scientifique d’une discipline se reconnaît à un certain équilibre entre les problèmes généraux et les problèmes particuliers qu’elle est capable de résoudre : s’en tenir aux premiers est le propre de la philosophie et s’en tenir aux seconds est le propre d’un simple empirisme”.  Karl Popper

 

Commun et spécifique

Toutes les formes sont semblables et que nulle n’est pareille aux autres”.  Goethe

 

Vérité et pensée, justice et institutions

« La justice est la première vertu des institutions sociales comme la vérité est celle des systèmes de pensée. Si élégante et économique que soit une théorie, elle doit être rejetée ou révisée si elle n’est pas vraie; de même, si efficaces et bien organisées que soient les institutions et des lois, elles doivent être réformées ou abolies si elles sont injustes »

John Rawls

 

Science et perception

« Notre œil ne le perçoit pas, mais notre œil n’est pas l’échelle de la science »

M Jousse, 1969, L’anthropologie du geste. Resma, p 50, cité dans F Dagognet 2007 : Faces, surfaces, interfaces. Vrin

 

Théorie et faits

C’est « une erreur impardonnable d’élaborer une théorie avant de connaître les faits »

Sherlock Holmes, Un scandale en Bohême

 

Connaissance, expérience et information

« La connaissance s’acquiert par l’expérience. Tout le reste n’est que information »

A Einstein

 

Vérité et information correcte

« Cherchez à vivre avec la vérité. Des données inexactes peuvent nous faire commettre des erreurs stupides. Elles peuvent même nous empêcher d’assimiler des données vraies. Sans informations correctes, impossible de résoudre les problèmes de l’existence ». L. Ron Hubbard

 

Théorie et pratique

« La théorie, c’est quand on sait tout et que rien ne fonctionne. La pratique, c’est quand tout fonctionne et que personne ne sait pourquoi. Ici, nous avons réuni théorie et pratique : rien ne fonctionne… et personne ne sait pourquoi » Albert Einstein

 

Paradigme

« L’état de l’accomplissement scientifique accepté par une fraction importante des chercheurs et s’imposant aux autres ». Pierre Bourdieu, cité par Baud P, Bourgeat S et Bras C, Dictionnaire de géographie, Hatier, 2008, p 225.

 

Science pure

« … (on sait depuis Descartes que) le premier pas de la science pure, c’est d’abstraire le sentiment humain de ses objets ».

A Berque 2010, Ontologie des écosystèmes ou des milieux humaines. EspacesTemps, 15-06-2010. http://espacestemps.net/document8138.html

 

 

Expérimentation

L’expérimentation, c’est déterminer le constant et le variable.

 

Réfléchir

“ Penser, c’est dire non ”                                                                                        Alain

“ La vérité ne se conquiert qu’à travers le doute. ”

“ C’est par croire que les hommes sont esclaves ”

“ Réfléchir, c’est  nier ce qu’on croit ”… ”C’est donc à moi-même que je dis non ”.

“ Se réveiller, c’est se refuser à croire sans comprendre                                         Alain

 

La loi

La loi, c’est un concept qui construit des concepts (points, ligne…).

 

Démontrer

Démontrer c’est présenter autrement une proposition évidente = tautologie.

 

Théorie

Une théorie doit conduire à la découverte de nouvelles lois empiriques. “ Tout jugement d’une théorie suppose l’utilisation d’une autre théorie ”       Max Planck

La mesure sans théorie ne permet pas le calcul et la vérification                 Laplace

 

Science

Une science qui repousse l’objectivité de son propre objet prononce sa propre condamnation.                                                                                                    Max Planck

 

Mesure

La mesure sans théorie ne permet pas le calcul et la vérification                 Laplace

 

Science

La science est une représentation de la réalité par des signes et des règles de leur utilisation. C’est un jeu de sémantique selon des règles syntaxiques précises.

 

Connaissance

C’est être au contact avec le monde. Connaître, c’est cette propriété corrective constante en fonction des expériences en vue d’une approche de la réalité ou d’une justification

 

Induction et science

“ La constatation inductive atteste un déficit de la connaissance scientifique. L’induction est là où on ne voit pas au clair ”.

Conjonction    connection

Un fait                        Répétition

Science           Abstraction, concepts

___________________________________________________________________________

Réflexion – Philosophie

 

لا يمكن أن نتعلم إلأ التفلسف                                          كانت  Kant

—————————————————————————————–

أن نفكر نفكر هو أن نقول لأ ، لا حظوا أن علامة نعم هي علامة لإنسان نائم.          ألان      Alain

من يعتقد فقط لم يعد يعرف حتى ما يعتقده           Alain

إنني لا أرى شيئا الا عند تساؤلي عنه               Alain

من يكتفي بأفكاره لم يعد يفكر في شيء البتة      Alain

—————————————————————————————–

من يعتقد إمتلاك شيء لا يشعر بالحاحة إلى البحث عنه.        إفلاطون  -  Platon

—————————————-

الفكر المتعود هو فكر استحوذ عليه الموت.         Charles Péguy

——————————-

من يعتقد غمتلاك اليقين فهو لا يبحث عن شيء

———————————————————-

من الأفضل كثيرا أن لا يبحث المرء عن الحقيقة أبدا من أن يبحث عنها بدون منهج        Descartes

_____________________________________________________________________________________

Divers

 

Libre

« On ne devient libre qu’en acceptant ses manques ; si non, on passe sa vie à vouloir être comme les autres, à ne pas accepter de s’enrichir des différences des autres »

Pierre Joseph Proudhon

 

Oui

« A force de dire oui à tout on finit par disparaître »

Charles De Gaulle

 

Le monde fluide et solide

« Le monde des nuages et des eaux ne montre jamais des contours anguleux contrairement à celui de la pierre ». F Dagognet 2007 : Faces, surfaces, interfaces. Vrin

 

Etre et devenir

« Celui qui est ne peut pas devenir » p 84, F Dagognet 2007 : Faces, surfaces, interfaces. Vrin

 

Le monde et l’homme

« Le monde a commencé sans l’homme et s’achèvera sans lui », Claude Lévi-Strauss

 

Le chiffre trois

« On s’étudie trois semaines, on s’aime trois mois, on se dispute trois ans, on se tolère trente ans et les enfants recommenceront… » Hippolyte Taine

 

Le plagiat

… « Le plagiat est à la base de toutes les littératures, sauf la première… qui d’ailleurs est inconnue ! » Jean Giraudoux (Siegfried)

 

L’infinité

« Il n’y a que deux choses qui sont infinies : l’univers et la bêtise humaine mais pour l’univers j’ai quelques doutes ». Einstein

 

Définition et réalité, Bergson

Une définition parfaite ne s’applique qu’à une réalité faite… « Or, les propriétés vitales ne sont jamais entièrement réalisées, mais toujours en voie de réalisation, ce sont moins des états que des tendances. Et une tendance n’obtient tout ce qu’elle vise que si elle n’est contrariée par aucune autre tendance »  » Henri Bergson, L’évolution créatrice, Paris, 1909, p 13, cité par J Gottmann, Essais sur l’aménagement de l’espace habité, p 85 Edit Mouton & Co, Paris, 1966, 344p

 

La consommation

« La consommation reflète les traditions du passé et les humeurs du présent comme le sressources accessibles et les conditions cosmiques ambiantes » p 88, J Gottmann, Essais sur l’aménagement de l’espace habité.

 

Oublier

Il ne faut pas oublier d’oublier

 

Grandeur

« La vraie grandeur est d’être maître de soi même ».

A Einstein

 

Passion

Rien de grand ne s’est accompli dans le monde sans passion

Hegel

 

Mépris

Je ne méprise presque rien

Leibniz

 

Religion

La religion est une affaire entre chaque homme et la divinité

Pierre Bayle  1647- – 1706

 

Tyrannie

«Les tyrans ne nous paraissent grands que parce que nous sommes à genoux»

la Boetie, amie de Montaigne

 

هل كل من حمل قلما كتب ؟
وهل كل من كتب أبدع ؟
وهل كل من وضع يده على خده فكّر ؟
وهل كل من جحظ عينيه رأى ؟


عامر العظم                                                                                                                            

___________________________________________________________________________

 

Image

 

Objet/idée, être/vouloir

L’image est une chose, un objet, ce qui est, elle est aussi une idée : ce qu’on est. Elle est ce qu’on est et ce qu’on veut aussi. L’image qui réfléchit sur l’image, une image de l’image. C’est un produit empirique de l’imagination productive

 

Présent/absent

Elle est le présent qui exprime aussi l’absent, l’image montre et dissimule à la fois à travers ce qui est présent, sa mise en scène…

 

Transparent/opaque

L’image balance entre la transparence et l’opacité aussi

 

L’organe obstacle

L’œil nous permet de voir mais nous dissimule ce qui est derrière

 

Dissimulation/exhibition : les lunettes noires dans un enterrement ?

Les lunettes noires dissimulent les larmes, montrent qu’on pleure aussi mais le cachent en même temps.

 

Une lecture :

L’image fait saillir les parties moins remarquables, peu visibles

 

Bombardement

Si on répète un mot plusieurs fois, il perd son sens

 

« Les signes s’exposent dans une matière, une forme et plastique qui ont une double fonction d’usage et de représentation ».

Armand Frémont, 1976

___________________________________________________________________________

Croissance, développement, progrès et intégration économiques

 

Croissance économique

« La croissance économique n’apparaît pas partout à la fois, elle se manifeste en des points ou pôles de croissance et se répand par différents canaux avec des intensités variables sur l’ensemble de l’économie ». F Perroux, L’économie du XX° siècle, PUF, 1964, 2° édition.

 

Croissance

« La croissance « est un ensemble de taux d’accroissement économiques, démographiques et sociaux spontanément divergents »

 

Développement

« Le développement est une croissance accompagnée de modification des comportements techniques et psychologiques »

 

Progrès

« Le progrès est un développement qui grâce à une diffusion optimum de l’information, tend simultanément à un taux maximum de croissance et à un minimum de tensions sociales et économiques ».

 

L’intégration

L’intégration est cette réduction des tensions « à la fois verticale par les secteurs et horizontale par les unités régionales », « l’intégration s’analyse par l’industrie motrice dans la région motrice ». « C’est l’application de la notion de progrès à la région économique ». Boudeville J.B (dir.) – 1968, L’espace et les pôles de croissance, PUF, Biblio d’Economie Contemporaine, 230p

 

 

Causalité, déterminisme

 

Causalité

« La causalité est bien délicate en notre discipline » p 79, J Gottmann, Essais sur l’aménagement de l’espace habité. Edit Mouton & Co, Paris, 1966, 344p

 

Genre de vie, De la Blache

La notion de genre de vie de Vidal De La Blache est un outil de description qui demeure dans le régionalisme.

 

Prévision et déterminisme

“ La prévision relève du déterminisme.

 

 

 

Dynamique, circulation, fluidité, carrefour

 

Géographie anglo-saxonne et fluidité

Les géographes anglo-saxons ont été plus sensibles que les géographes français au caractère dynamique des faits. J Gottmann, Essais sur l’aménagement de l’espace habité,

 

Fluidité et dynamique

« Le caractère premier et capital est cette fluidité, ce mouvement perpétuel qui anime la masse, mouvement qui s décompose en une quasi-infinité de mouvements particuliers et dont ni l’ensemble ni les divers éléments ne semblent suivre les règles d’un système… ». Ce mouvement n’est cependant pas chaotique. p 84,…  « Les courants de circulation déterminent bien des choses en géographie ». J Gottmann, Essais sur l’aménagement de l’espace habité

 

Espace, circulation et carrefour

« Les villes naissent d’un carrefour et ont pour fonction d’être des lieux de contacts, d’échange et de transformation » p 84-85, « les empires coloniaux sont unis par leurs réseaux de communications » p 85,  et en Afrique, « tout centre important ne le devient qu’en tant que carrefour », p85, J Gottmann, Essais sur l’aménagement de l’espace habité

 

Circulation, région et carrefours

« C’est par la circulation qu’une région se forme autour de quelques carrefours », p 136, idem

 

« L’espace est organisé selon « une chaîne de carrefours », de la ferme à l’Etat, « le mélange qui se produit au carrefour est bien complexe » p 85, J Gottmann, Essais sur l’aménagement de l’espace habité. La France est un carrefour (Méditerranée, Continent, Atlantique) selon de la Blache

 

« Le carrefour est un organisme vivant qui déplace ses contacts, varie l’étendue et la portée de ses tentacules, modifie sa structure interne, naît ou meurt enfin »  idem, p 85, et une région géographique se définit toujours par son tissu de carrefours…

 

« Le carrefour qui ne fonctionne qu’en tant que système de relations permet d’éviter la stabilisation sous la forme d’un état défini », … »… « le carrefour… est donc un lieu de réactions, de frottements, d’où émanent des tendances et souvent de l’énergie » J Gottmann, Essais sur l’aménagement de l’espace habité, p 86

 

« Toute collectivité a de même son milieu intérieur et extérieur » à l’instar des milieux dégagés par Claude Bernard,

 

Communication

La communication est à la fois un phénomène physique et symbolique, elle englobe tout ce qui circule entre les hommes (biens, paroles, personnes…), Cl Lévi-Strauss

 

__________________________________________________________________________________

 

Urbanisation

 

« L’humanité en général est destinée à devenir rapidement de plus en plus citadine », p148, « L’urbanisation est un vaste processus économique et social qui exige et impose de remodeler les espaces habités » p 154, J Gottmann, Essais sur l’aménagement de l’espace habité. Edit Mouton & Co, Paris, 1966, 344p

 

« De nos jours, les grands fronts de colonisation sont suburbains » p 150, J Gottmann, Essais sur l’aménagement de l’espace habité

 

Phénomène de « métropolitanisation » en USA avec « le front suburbain », J Gottmann, Essais sur l’aménagement de l’espace habité,

« La ville fut jusqu’au début de ce siècle un noyau dense et clos », p 179, J Gottmann, Essais sur l’aménagement de l’espace habité. La ville américaine est plus nébuleuse, plus diffuse et plus régionale (p 180), suite à la mobilité accrue par rapport à l’Europe. (p 181).

 

« La police est un produit de la ville », p 186, J Gottmann, Essais sur l’aménagement de l’espace habité

« Le grand danger de la construction de villes en masse est la monotonie, l’unité de style », p 191,

« L’urbanisation pousse donc à un rajeunissement des collectivités locales et à la création de nouvelles autorités régionales » p 193,

« L’urbanisation consiste à ordonner un certain équipement matériel dans un espace déterminé » p 196,

« L’urbanisation est un processus économique, social et culturel exprimant une évolution des modes de vie et des conceptions de la société et du rôle des individus dans un univers en perpétuelle modification » p 196.

 

« Les villes naissent d’un carrefour et ont pour fonction d’être des lieux de contacts, d’échange et de transformation » p 84-85, « les empires coloniaux sont unis par leurs réseaux de communications » p 85,  et en Afrique, « tout centre important ne le devient qu’en tant que carrefour », p85, J Gottmann, Essais sur l’aménagement de l’espace habité

 

__________________________________________________________________________________

Aménagement

 

« Le besoin d’aménager le monde, région par région, est désormais un but de la vie politique », p 9, Avant Propos, J Gottmann, Essais sur l’aménagement de l’espace habité. Edit Mouton & Co, Paris, 1966, 344p

L’aménagement a trois aspects : politique, économique et géographique

 

« La densité plus forte d’occupation crée un besoin de réglementation pour empêcher les proches voisins de se gêner l’un l’autre », p 11-12, J Gottmann, Essais sur l’aménagement de l’espace habité.

 

« La formation dense exige donc que la collectivité étudie et prévoie, éduque et pourvoie, réglemente et contrôle » p 12, J Gottmann, Essais sur l’aménagement de l’espace habité

 

Variation de densité, urbanisation, déséquilibres entre régions : trois tendances principales du XX° et trois causes du souci d’aménagement.

« L’aménagement… se propose donc d’établir la justice dans la géographie », p 23, J Gottmann, Essais sur l’aménagement de l’espace habité.

 

« L’aménagement d’un espace politique ne peut se placer en dehors du processus politique », p 28, J Gottmann, Essais sur l’aménagement de l’espace habité.

 

« La justice se doit aussi de respecter le progrès là où il se produit et non de s’y opposer parce que d’autres régions peuvent en souffrir », p 37, J Gottmann, Essais sur l’aménagement de l’espace habité.

 

« L’aménagement de l’espace est un art, complexe et magnifique » p 337, J Gottmann, Essais sur l’aménagement de l’espace habité.

 

Espace libre

« La notion d’espace libre dépend de l’usage qu’on veut bien en faire », p 161, J Gottmann, Essais sur l’aménagement de l’espace habité

________________________________________________________________

 

Région

 

« La région est un tout qui se modifie profondément dès qu’on touche à certains de ses aspects » p 28, J Gottmann, Essais sur l’aménagement de l’espace habité Edit Mouton & Co, Paris, 1966, 344p

 

« C’est par la circulation qu’une région se forme autour de quelques carrefours », p 136, idem

 

Variation de densité, urbanisation, déséquilibres entre régions : trois tendances principales du XX° et trois causes du souci d’aménagement. Idem

 

__________________________________________________________________________________

 

Dynamique et structure

 

« Toute évolution modifie les structures » p 28, J Gottmann, Essais sur l’aménagement de l’espace habité. Edit Mouton & Co, Paris, 1966, 344p

 

Structure

Une structure est un système dont les propriétés sont indépendantes des éléments qu’il renferme. Cl Lévi-Strauss

 

Stabilité et dynamique

Trois facteurs jouent un rôle dans le découpage politique : la circulation qui est toute fluidité, conduit au changement « créatrice de changement », l’iconographie : ensemble des symboles, abstraits et concrets qui résument les croyances et les intérêts communs à une collectivité constitue le ciment, le « facteur de stabilisation politique ». La répartition des ressources gouverne le cloisonnement politique. J Gottmann, Essais sur l’aménagement de l’espace habité.

 

Système

Un système est doté d’une autonomie intérieure par rapport au monde extérieur.

 

Un système est « un être au dehors de soi »

Heidegger, cité par A Berque, 2010 : Ontologie des écosystèmes ou des milieux humaines. EspacesTemps, 15-06-2010. http://espacestemps.net/document8138.html

 

__________________________________________________________________________________

 

Mathématiques

 

« L’immense majorité des spécialistes de sciences sociales sont encore, à l’heure actuelle, le produit d’une formation classique ou empirique. Bien peu, parmi eux, possèdent une culture mathématique et, même s’ils en ont une, elle reste souvent très élémentaire et très conservatrice ». Claude Lévi-Strauss, 1954, Parenté et mythes, Sciences Humaines, n° spécial 8, nov-déc. 2008, Les mathématiques de l’homme, Comprendre Claude Lévi-Strauss, Scienceshumaines.com

 

 

Culture, nature, anthropologie

 

Forme et contenu, esprit humain

L’activité inconsciente de l’esprit consiste à imposer des formes à un contenu … Ces formes sont fondamentalement les mêmes pour tous les esprits, anciens, modernes, primitifs et civilisés. Il existe donc un esprit humain qu’on atteint au-delà de ses structures inconscientes, l’étude du cerveau donnerait accès à l’esprit ? Claude Lévi-Strauss. Cl Lévi-Strauss

 

Culture et nature

La culture est la production de l’esprit humain, sa manifestation première est l’existence de règles dans l’art, la parenté, la religion… Certaines règles ont universelles dans le principe, différentes dans les manifestations. Ainsi l’interdiction de l’inceste  est un acte fondateur par lequel les sociétés instituent la culture et s’arrachent à la nature…)   La nature obéit à des causes. Lévi-Strauss,  (1949 : Les structures élémentaires de la parenté. Le mariage de la cousine paternelle ou la nièce par la sœur constitue un système d’échange des femmes… selon l’échange restreint (réciproque) ou généralisé (indirect), l’alliance matrimoniale est déterminante…

La pensée sauvage 1962 ou dans le totémisme aujourd’hui (1962), il y a une rationalité implacable et un univers structuré : la pensée sauvage procède par bricolage (une pensée totalisante, une science du concret) contrairement à la pensée domestique  qui procède par réduction à l’élémentaire…

Les mythologiques (1964-1985) procèdent par analogie, contraste et transformation  (lexique de motifs ou mythèmes)

 

La théorie de l’alliance

La théorie de l’alliance fait que les groupes humains n’existe que les uns pour les autres, les relations d’échange (matrimonial…) sont souvent gouvernées par des règles.

 

___________________________________________________________________________

 

Contradiction

 

Contradiction

“ La contradiction est la racine de tout mouvement et de toute manifestation vitale ” … “ Elle est le principe de tout mouvement spontané.. ”.      Hegel.  Science de la logique

 

“ Les objets qui n’excitent pas la réflexion sont ceux qui ne produisent pas à la fois deux impressions opposées ”                                                                                               Platon

 

“ Chaque concept constitue une unité de moments opposés…  La vérité est dans leur suppression, dans l’unité de leur concept ”.

Etre —————- Non être

Devenir                                              Hegel.             Science de la logique

 

___________________________________________________________________________

 

Méthode

 

Différence, commun

“ Toutes les formes sont semblables et que nulle n’est pareille aux autres ”      Goethe.

 

___________________________________________________________________________

 

« La difficulté n’est pas de comprendre les idées nouvelles, mais d’échapper aux idées anciennes »

Keynes

 

___________________________________________________________________________

 

Limites- Frontières

 

« Deux personnes qui s’approchent suffisamment l’une de l’autre pour vivre une histoire d’amour sont deux territoires avec leurs frontières communes, leurs lieux de chevauchement ou d’étouffement ». Denis Lachaud, Interview sur Evene.fr, Janvier 2009.

 

« Les étrangers qui habitent tout près de la frontière sont un peu étrangers que les autres ». Philippe Geluck, Le Chat, Bande dessinée, Casterman, 2002

 

« Les limites de mon langage signifient les limites de mon propre monde ». Ludwig Wittgenstein, Tractatus logico-philosophicus, Gallimard 1993

 

« Qu’est ce une opinion ? Une limite imposée à soi-même ». Michâly Babits, Le Fils de Virgile Timar

 

« La vraie liberté, c’est de pouvoir repousser très loin les limites de sa liberté », Nicole Gacia. Interview dans Studio Magazine, Octobre 1998

 

« Il y a une limite à toute chose, et il faut toujours la dépasser », Georges Guynemer

 

« Définir c’est limiter », Oscar Wilde, Le Portrait de Dorian Gray, Littérature étrangère XX°, Seuil, 1992

 

« L’homme ne saurait connaître la loi, mesurer ses limites, qu’en passant outre ». Arthur Adamov, L’aveu

 

« Pour avoir des limites, il faut exister

« Le néant n’a point de centre, et ses limites sont le néant ». Léonard de Vinci, Carnets, 1987, Gallimard

 

« L’absurde, c’est la raison lucide qui constate ses limites » Albert Camus, Le mythe de Sisyphe, Gallimard, 1985

 

« Frontière. En géographie politique, linge imaginaire entre deux nations séparant les droits imaginaires de l’une des droits imaginaires de l’autre ». Ambroise Nierce. Le Dictionnaire du Diable, Rivages, 1989

 

« Une société unie n’est pas une société sans différences, mais une société sans frontières intérieures ». Olivier Guichard, Un chemin tranquille.

 

« Etablir des limites sans se poser des limites ». Sergio Ghirardi, 2010, Limites

 

Discours 

 

« Personne ne sait mieux que toi, sage Kublai, qu’in ne faut jamais confondre la ville avec le discours qui la décrit. Et pourtant entre la ville et le discours, il n’y a un rapport ».

Italo Calvino, les villes invisibles, seuil, Paris.

Cité in Oueslat-Hammami I – 2010 : Les centralités du grand Tunis. Acteurs, représentations et pratiques urbaines. Thèse Géographie et aménagement. Toulouse Le Mirail, 640 p + Annexes multipaginées. Remerciements.

 

« Le monde social est le lieu de luttes à propos de mots, qui doivent leur gravité – et parfois leur violence – au fait que les mots font des choses, par une grande part, et que changer les mots et plus généralement les représentations (…) c’est déjà changer les choses. La politique pour l’essentiel est une affaire de mots. C’est pourquoi le combat pour connaître scientifiquement la réalité doit presque toujours commencer par une lutte contre les mots »

Pierre Bourdieu, 1987, Choses dites, p 69

Cité in Oueslat-Hammami I – 2010 : Les centralités du grand Tunis. Acteurs, représentations et pratiques urbaines. Thèse Géographie et aménagement. Toulouse Le Mirail, 640 p. + Annexes multipaginées. Remerciements.

 

__________________________________________________________________________________________________________________

 

 

Laisser un commentaire

 

Hoganscarpe2013 |
sciencesVauvert |
Minion86 |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Methods to raise your inter...
| Tips on how to increase you...
| ON-LINE News channel